Quoi de neuf?

Certains affirment que la résurrection de Christ est un mythe, non de l'histoire. Est-ce possible?

See this page in: English

Impression artistique de Jésus tombant avec la croix en route pour Golgotha

Certains critiques prétendent que les Evangiles ont caché le Jésus de Nazareth historique en le couvrant de couches de légende et de mythe. [1] Ils prétendent que les récits bibliques de la résurrection de Christ sont des mythes et non de l'histoire. Il existe au moins QUATRE RAISONS pourquoi l'interprétation mythologique échoue.

  1. Toute la littérature comparative montre qu'un mythe ne se développe qu'au fil de plusieurs générations.

    Or, il n'existe aucun parallèle dans d'autres textes de mythe qui se développe et soit accepté en présence des témoins occulaires et dans le cadre temporel aussi court pendant lequel le Nouveau Testament fut rédigé.[2] (pour plus d'infos)

    La recherche historique penche en faveur d'une croyance immédiate en la résurrection de Jésus. Un crédo apostolique très ancien inclut la résurrection (1 Corinthiens 15:3-9) et beaucoup d'experts estiment qu'il remonte à 3 à 7 ans après la mort and résurrection de Christ.[3] Tout ceci implique une croyance populaire antérieure. Les experts sont d'accord que les premières lettres de St. Paul circulaient dans les 25 ans après le ministère de Jésus, et les quatre Evangiles dans les 21 ans après (pas plus tard que l'an 65).[4] La résurrection se trouvait au centre de la prédication des apôtres. Dans très peu de temps, des juifs pieux à travers l'empire romain qui auparavant avaient fidèlement adoré Dieu le septième jour de chaque semaine, se sont convertis au chrisitianisme et commençaient à se réunir le premier jour afin de célebrer la résurrection de Christ.

    Des centaines de témoins virent Christ vivant après sa mort. En une occasion il est apparu à 500 gens à la fois (1 Corinthiens 15:6).

  2. Plusieurs de ces témoins occulaires au ministère public de Christ était hostiles au Jésus décrit dans les Evangiles (Matthieu 12:22f). Ces adversaires avaient à la fois la motivation et les moyens de corriger les erreurs à son sujet si les premiers disciples en avaient promulgué.[5] Pourtant cette opportunité n'a pas suscité une correction digne de ce nom.

  3. Les Evangiles ne ressemblent ni au mythe grec ni à légende juive.[6] Au contraire, les Evangiles minimisent l'événement et manquent de fioritures, et pourtant ils comportent des détails qui ne sont nullement destinés à inventer un héros légendaire. Prenez, par exemple, les six éléments suivants dans Jean chapitre 20 qui sont en contradiction totale avec la tendance des textes de légendes:

    • Avec beaucoup de retenue, les évangélistes ne cherchent pas à décrire la résurrection elle-même.

    • Au début, non seulement Marie n'a pas reconnu Jésus ressuscité (le "héros") (Jean 20:14).

    • elle ne pensait pas qu'il avait quelque chose de spécial non plus (Jean 20:16).

    • En réalité, même en fin de journée, les disciples (les “héros” secondaires) restaient cachés “par crainte des juifs” (Jean 20:19).

    • De plus, si les Evangiles étaient la création libre d'un parti pris paternel, comme l'affirme le camp féministe, il est incroyable que les auteurs aient choisi des femmes comme premiers témoins de Jésus ressuscité! Le témoignage des femmes n'avait aucun poids juridique à cette époque.[7]

    • Et pourtant, ce fut leur courage le matin après la résurrection qui fait honte à la lacheté des hommes si nous comparons les deux groupes.

  4. Les juifs étaient les candidats les plus invraisemblables pour inventer un Christ mythique. Aucune autre culture ne s'est acharnée avec autant de fougue que les juifs pour combattre la confusion mythique entre la divinité et l'humanité! [8]

LES SIX OBJECTIONS SCEPTIQUES les plus fréquemment avancées par des critiques de la résurrection de Christ…

  1. La résurrection de Christ est un mythe, non de l'histoire.

  2. Les récits de la résurrection sont remplis de contradictions.

  3. Les miracles sont impossibles.

  4. Le corps fut volé.

  5. Jésus s'est évanoui seulement puis a récupéré de ses blessures.

  6. Les témoins n'ont vu que ce qu'ils “voulaient voir”

References et notes

  1. Rudolf Bultmann, Jesus Christ and Mythology (Scribner's, 1958). [up]

  2. John A.T. Robinson affirme que, compte tenu de son silence au sujet de la destruction du temple à Jerusalem en 70 après Christ…, le Nouveau Testament a dû être rédigé avant cette date. Car, puisque la disparition du Temple à Jerusalem aurait alimenté le message chrétien que Jésus avait remplacé le système sacrificiel au Temple (Jean 1:29, Hébreux 10:11ss), le Nouveau aurait certainement parlé de sa destruction comme faisant partie du passé, et l'aurait dissociée de la fin du monde (Luc 21:25-28), si elle avait déjà eu lieu. [John A.T. Robinson, Redating the New Testament (SCM Press, 1976).]

    John Macquarrie écrit, "Le mythe est habituellement caractérisé par l'éloignement dans le temps et dans l'espace… comme s'étant déroulé longtemps auparavant." Par contre les Evangiles décrivent "un événement qui s'était déroulé dans un cadre bien défini en Palestine… sous Ponce Pilate, à peine une génération avant le récit néo-testamentaire de ces événements." [John Macquarrie, God-Talk: An Examination of the Language and Logic of Theology (Harper, 1967), pp. 177-180.]

    A.N. Sherwin-White écrit, "El modelo agnóstico de crítica de las formas sería mucho más creíble si la compilación de los evangelios fuera más tarde en el tiempo… de lo que puede ser el caso… Herodoto nos permite probar el ritmo de creación de mitos, [ mostrando que] incluso dos generaciones es un lapso demasiado corto para que el tendencia mitológica prevalezca sobre los hechos históricos reales." [A.N. Sherwin-White, Roman Society and Roman Law in the New Testament (Oxford University Press, 1963), pp. 189-190.] [up]

  3. Véase Reginald Fuller, Foundations of New Testament Christology (Scribner's, 1965), p. 142. [up]

  4. Véase Frederick Fyvie Bruce, The New Testament Documents: Are They Reliable? (Downer's Grove, IL: InterVarsity Press, 1972), pp. 11f, 14f. [up]

  5. Eta Linnemann, écrit, "Les témoins occulaires [qu'ils soient hostiles ou sympathisants] n'ont pas disparu du jour au lendemain après deux décennies. [Beaucoup] ont vraisemblablement survécu jusqu'à la seconde moitié des années 70… Qui à cette époque aurait osé modifier la 'première tradition' au point de la rendre méconnaissable?" [Eta Linnemann, Is There a Synoptic Problem? (Grand Rapids, Michigan: Baker Book House, 1992), p. 64.] De façon très intéressante, le dr. Linnemann qui était auparavant une critique negative du Nouveau Testament dans la lignée de Rudolf Bultmann, ayant renoncé à sa prise de position première, aujourd'hui encourage ses lecteurs à “jeter à la poubelle” ses premiers ouvrages. [up]

  6. Michael Grant écrit, "Les methodes critiques modernes ne parviennent pas à soutenir la théorie du Christ mythique [Osiris, Mithras, etc.]. De manière systématique, des meilleurs experts l'ont réfutée et l'anéantie." [Michael Grant, Jesus: An Historian's Review of the Gospels (Scribner's, 1977), p. 200.] [up]

  7. Michael Green, The Empty Cross of Jesus (Downer's Grove, Illinois: InterVarsity Press, 1984), p. 115. [up]

  8. M. Grant. écrit, "Le judaïsme était un milieu dans lequel des doctrines de morts et de renaissances de divinités mythiques semblent tellement étrangères que l'apparition d'une telle invention en son sein soit inconcevable." [Michael Grant, Jesus: An Historian's Review of the Gospels (Scribner's, 1977), p. 199.] N.T. Wright de l'Université d'Oxford met en pièces l'affirmation de Spong que les Evangiles est du midrash juif and et donc de la fantaisie dans N.T. Wright, Who Was Jesus? (Wm. B. Eerdmans Pub. Co, 1992). Les deux sont deux genres littéraires différents. Et le midrash n'est pas de la fantaisie de toute façon, mais du matériel “strictement contrôlé et argumenté” (p. 71f). Voir aussi Paul Barnett, Peter Jensen and David Peterson, La résurrection: La Vérité et Une Réalité: Trois Experts Répondent à l'Evêque Spong (Aquila, 1994). [up]

[ Si cette information vous a aidée, veuillez considérer dans la prière un don afin d'aider à payer les dépenses encourues afin de vous aider, vous et votre famille, à affermir votre foi! Les dons sont déductibles dans certains pays. ]

Traduction: Colin Howells

Auteur: Rev. Gary W. Jensen, M.Div. Editor: Paul S. Taylor, Films for Christ. Provided by Films for Christ.

Copyright © 1998, Tous Droits Réservés - exceptés comme notés sur la page jointe “Usage and Copyright” page qui accorde aux utilisateurs ChristianAnswers.Net des droits larges pour employer cette page dans leur foyer, dans leur témoignage personnel, dans des églises et des écoles.

Go to Films for Christ

ChristianAnswers.Net/francais
Christian Answers Network
PO Box 1167
Marysville WA 98270-1167 USA        

Go to index pageChristianAnswers.Net
CAN Home
Shortcuts
Christian Answers Network HOMEPAGE and DIRECTORY